Grippe

tract-18-janvier

Le problème majeur, ce serait la grippe ? Non ! Le principal problème, ce sont les 100 000 lits supprimés dans les hôpitaux !

En France, en 2017, on ne serait plus capable de faire face à une épidémie de grippe ?

« Il ne s’agit ni de la peste ni du choléra », fait remarquer un médecin urgentiste, « mais du virus de la grippe qui, même s’il est virulent cet hiver, ne devrait pas créer une crise sanitaire ».

Pourtant, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, l’affirme froidement : « Le bilan de l’épidémie de grippe sera probablement lourd. » Il pourrait même être plus lourd qu’en 2015, quand l’épidémie de grippe avait officiellement entraîné plus de 18 000 décès en France…

Mais le problème, ce n’est pas d’abord la grippe !

Le problème, ce sont les suppressions de lits et de postes dans les hôpitaux, de services des urgences et d’hôpitaux de proximité… Tout cela en application des directives européennes que la ministre, et tous les gouvernements qui se sont succédé durant ces quarante dernières années, ont mises en œuvre.

• Le problème, ce sont d’abord les exonérations de cotisations à la Sécurité sociale accordées à tour de bras aux patrons par tous les gouvernements depuis quarante ans.

• Le problème, c’est d’abord le nouveau plan d’éco- nomies de 10 milliards d’euros d’ici à 2017 portant le nom de la ministre.

• Le problème, c’est d’abord la mise en place des groupements hospitaliers de territoire (GHT), en application de la loi Touraine, qui devrait entraîner la suppression de 16 000 lits supplémentaires et de 22 000 postes de personnel !

Voilà ce qui est en train de détruire un système de santé considéré encore il y a peu comme l’un des meilleurs au monde.

De plus en plus nombreux, médecins, professeurs, infirmières, urgentistes… dénoncent cette situation aux conséquences dramatiques.

Christophe Prudhomme, porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France, s’indigne : « La ministre prétend que les lits hospitaliers existants sont en nombre suffisant. Elle se moque du monde ! 100 000 lits ont été supprimés ces dernières années. Ils nous manquent aujourd’hui. La vérité oblige à dire que notre système de santé a atteint un seuil de dégradation qui ne lui permet plus de répondre à un événement tout à fait banal qui survient régulièrement. » Il ajoute : « Il y a un ras-le-bol, une colère monstre ! »

Les fédérations syndicales de la santé CGT, FO et SUD dénoncent la politique d’austérité du gouvernement dans les hôpitaux. C’est la raison pour laquelle elles appellent à une journée de grève et de manifestation, le 7 mars prochain, pour l’abrogation de la loi Touraine et l’abandon des GHT.

Oui, il est urgent d’abroger la loi Touraine afin de répondre aux besoins des patients et de permettre aux personnels de prendre en charge les malades.

Le Parti ouvrier indépendant démocratique combat pour un gouvernement ouvrier qui consacre les milliards d’euros de la guerre aux hôpitaux, à l’école et aux services publics. Et qui, pour cela, n’hésite pas à rompre avec les traités de l’Union européenne.

C’est pourquoi les militants du POID, en commun avec des militants ouvriers de toutes tendances, font contresigner « l’engagement » du Mouvement pour la rupture avec l’Union européenne et la V e République.

Signez « l’engagement » pour la rupture avec l’Union européenne et la Ve République !

Lisez le dossier sur la grippe dans La Tribune des travailleurs. Prenez contact avec le POID.

                                 JE M’ABONNE EN LIGNE

logo-tt-sans-adresse-paypal dès le jeudi dans votre boîte à lettres.
Pour un abonnement immédiat,
cliquez sur le bouton de votre choix.


Vous voulez de l’aide ? Cliquer ici


Informations développées,
analyses détaillées,
prises de position politiques,
suivi de l’action politique dans
La Tribune des travailleurs

ABONNEZ-VOUS


Vous pouvez aussi vous abonner par correspondance.
Toutes les formules d’abonnements sont ici

Cliquez sur le formulaire ci-dessus, imprimer la feuille, remplissez le bordereau et postez-le avec votre chèque.

Maternités

tract-100117


POID 10 janvier 2017

Les femmes enceintes de Decazeville veulent qu’on leur rende leur maternité !

Le savez-vous ?

Depuis plusieurs semaines, les femmes enceintes de Decazeville (Aveyron) se mobilisent avec la population, appuyées par de nombreux syndicalistes et élus. Leur demande et simple : elles veulent pouvoir accoucher à la maternité de l’hôpital de Decazeville.

Demande simple… mais qui se heurte pourtant, à ce jour, à un refus obstiné du gouvernement.

Quels sont les faits ?

– Le 31 août 2016, le groupement hospitalier de territoire (GHT) du Rouergue est constitué, sous l’égide de l’agence régionale de santé (ARS) Occitanie, regroupant plusieurs hôpitaux, dont celui de Decazeville.

– Dans la nuit du 5 au 6 octobre 2016, une femme et son enfant décèdent tragiquement lors d’un accouchement à la maternité de l’hôpital de Decazeville.

– Le 15 décembre 2016, l’ARS prend prétexte de ce drame pour prolonger de six mois la suspension des accouchements à la maternité de Decazeville, en plus des trois mois de suspension décidés le 6 octobre. Réalisant moins de trois cents accouchements par an, cette maternité ne serait pas « sûre » pour les patientes !

– Le 22 décembre 2016, les futures mamans de Decazeville se regroupent dans un collectif afin d’exiger la réouverture immédiate de leur maternité.

Le secrétaire départemental CGT-Santé dénonce également cette décision : « Les futures parturientes ne seront plus en sécurité. Si décès il y a dans les jours ou semaines à venir à la suite de la fermeture de la maternité, le responsable sera l’ARS » (La Dépêche du Midi, 24 décembre 2016).

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, entend aller jusqu’au bout avec sa loi Santé, en application des directives de l’Union européenne, en particulier en obligeant les hôpitaux à se regrouper dans des GHT.

Cela pour réaliser 4 milliards d’euros d’économies sur les dépenses hospitalières avec, comme conséquence, la fermeture en masse des maternités (voir encadré), la suppression de 22 000 postes de personnels et de 16 000 lits, selon les fédérations syndicales. C’est pourquoi, aujourd’hui, la maternité de Decazeville est plus que jamais sur la sellette !

Et pendant ce temps-là, le général de Villiers, chef d’état-major des armées, exige « une hausse progressive du budget de la défense pour rejoindre la cible de 2 % du PIB »… et l’obtient !

La défense des droits des femmes, indissociables de ceux de l’ensemble de la classe ouvrière, appelle au combat pour les défendre et les reconquérir.

Le Parti ouvrier indépendant démocratique combat pour un gouvernement ouvrier qui ordonne le retrait des troupes et consacre les milliards de la guerre à l’école, aux hôpitaux, aux services publics. Et qui, pour cela, n’hésite pas à rompre avec les traités de l’Union européenne.

C’est pourquoi les militants du POID, en commun avec des militants ouvriers de toutes tendances, font contresigner l’engagement du Mouvement pour la rupture avec l’Union européenne et la Ve République.

Lisez le dossier sur la maternité de Decazeville dans La Tribune des travailleurs

Prenez contact avec le POID

Sept maternités sur dix ont fermé en quarante ans

Selon un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), « le nombre de maternités est passé de 1 369 en 1975 à 1 010 en 1985, 814 en 1996, 779 en 1997, 576 en 2007, 554 en 2008, soit une baisse pratiquement linéaire pendant 30 ans ». D’autres sources évoquent le passage de 1 747 maternités en 1972 à 1 128 en 1981 et 535 en 2010, soit une chute de 69 % ! Il en restait 520 en 2011.

Grève

tracat-201216

« Uber s’en met plein les poches »

On leur avait promis qu’ils deviendraient leur propre patron, au volant d’une berline de luxe… Pourtant, depuis le 15 décembre, les chauffeurs de VTC (voiture de transport avec chauffeur), sont en grève et manifestent contre la plate-forme américaine de réservation Uber, à l’appel de leurs organisations syndicales. Lire la suite en cliquant plus haut sur l’image du tract.

La Poste

tract-une

Le savez-vous ? Un contrat signé entre l’État, La Poste et l’Association des maires de France (AMF) prévoit de supprimer 3 000 bureaux de poste sur les 7 000 qui existent actuellement.

Quand ? Dès janvier 2017. Où ? En priorité, dans les quartiers populaires où vit une population déjà fortement fragilisée.

Pourquoi ?

• Pour répondre aux exigences de l’Union européenne qui exige la destruction du monopole postal dans toute l’Europe (comme elle l’exige pour les chemins de fer, l’électricité, etc.).

•Pour privatiser une partie des activités de La Poste en ouvrant des relais poste urbains (RPU) dans des supérettes, des pressings ou des bureaux de tabac, voire des bouches de métro.

Lire la suite en cliquant ci dessus sur l’image du tract.

Candidats à l’Elysée

tracta

Tous se bousculent pour la place à l’Élysée…

C’est leur politique qu’il faut balayer !

Fillon a été désigné candidat de la droite à l’élection présidentielle. Tous les candidats « de gauche » dénoncent le programme de régression sociale du candidat de droite. Cela ne fait aucun doute !

Mais aujourd’hui, le gouvernement en place est le gouvernement Hollande-Valls, et ce gouvernement est un gouvernement de guerre à l’extérieur et à l’intérieur.

Les plans de licenciement continuent de tomber. Ainsi, la direction d’Airbus a annoncé mardi 29 novembre à ses employés la suppression de 1 164 postes en Europe et la fermeture du site de Suresnes, dans les Hauts-de-Seine, dans le cadre d’un plan de restructuration, ont indiqué plusieurs syndicats. La fermeture de Suresnes entraînera la suppression nette de 308 emplois et 150 mobilités géographiques vers Toulouse.

Et ces plans de licenciement se combinent à toutes les attaques contre les droits des salariés mises en œuvre par ce gouvernement : loi El Khomri, loi Touraine, réforme du collège, etc.

A Alep, en Syrie, les civils sont soumis à des bombardements incessants. 50 000 d’entre eux ont fui les combats. Plus aucun hôpital ne fonctionne et les stocks alimentaires sont épuisés. Cette situation est la conséquence directe de l’intervention militaire étrangère dont celle du gouvernement français.

Indifférents à l’agitation préélectorale, les travailleurs, avec leurs organisations syndicales, combattent les mesures de régression que la politique du gouvernement impose : grève des territoriaux d’Auch contre la remise en cause de leurs congés exceptionnels, grève des ouvriers de Renault contre l’« accord de compétitivité », grève à la Compagnie nationale du Rhône contre un projet de réorganisation, grève des facteurs de Montreuil-Bagnolet contre la réorganisation de leurs services, etc.

Aujourd’hui, tous les candidats, de droite comme « de gauche », s’alignent sur la politique de l’Union européenne.

Or toutes les attaques contre lesquelles les travailleurs résistent trouvent leur origine dans la politique de l’Union européenne, politique mise en place par les gouvernements successifs. C’est pourquoi la nécessaire défense des revendications pose la question du déploiement autour de « l’engagement » du Mouvement pour la rupture avec l’Union européenne et la Ve République que des militants ouvriers de toutes tendances, dont les militants du POID, ont décidé de faire contresigner.

Signez « l’engagement » pour la rupture avec l’Union européenne et la Ve République !

Lisez les informations concernant le développement de la résistance contre la politique du gouvernement dans La Tribune des travailleurs.

Prenez contact avec le POID

École

tract-24-aout-2016

Dans quelques jours aura lieu la rentrée scolaire.  Elle va s’effectuer dans les conditions les plus difficiles pour les enfants des familles ouvrières et populaires.  Ils vont être confrontés aux conséquences des réformes gouvernementales.  Après la réforme Peillon-Hamon des rythmes scolaires à l’école, ce sont les collégiens qui vont être frappés par la réforme Vallaud-Belkacem.  Un fait parmi d’autres : jusqu’à présent, les élèves en difficulté pouvaient bénéficier à plein temps d’un enseignement spécialisé dans une classe spécialisée à effectif réduit (seize au maximum), les SEGPA (sections d’enseignement général et professionnel adapté).  En cette rentrée, ils devraient être intégrés, pour certains enseignements, dans les classes « ordinaires ». Comment pourront-ils apprendre ? Comment les classes pourront-elles fonctionner ? Ce gouvernement ne respecte rien. Pour lui, pour l’Union européenne, l’école ne devrait plus avoir comme vocation première d’instruire, les programmes d’enseignement nationaux ne devraient plus exister. Comme dans tous les domaines – Code du travail, santé, etc. – ce gouvernement aux ordres de l’Union européenne s’acharne contre tous les droits collectifs. La question centrale est celle de la rupture avec toute la politique du gouvernement HollandeValls et de ceux qui l’ont précédé. Donc celle de l’abrogation de toutes les contre-réformes adoptées, élaborées sous l’égide des Hamon, Montebourg, Duflot, Hollande, Valls. Parents, enseignants, faites parvenir les faits, vos témoignages sur la rentrée scolaire à La Tribune des travailleurs