AU CHAOS ORGANISÉ PAR LE GOUVERNEMENT, OPPOSONS UNE POLITIQUE OUVRIÈRE !

Invitation au meeting organisé le 7 novembre 2020 par le Parti ouvrier indépendant démocratique

La classe ouvrière est une, sans distinction d’origine, de couleur de peau, de croyance religieuse ou de non-croyance. Nous, Parti ouvrier indépendant démocratique, reconnaissons comme principale ligne de clivage dans la société celle qui oppose les classes sociales aux intérêts contradictoires.

Ainsi, depuis huit mois, avec l’épidémie du Covid, le gouvernement a accordé 560 milliards d’euros aux capitalistes qui multiplient les plans de licenciements et dont les profits battent des records. À l’autre bout de la société, l’absence criante de lits dans les hôpitaux, de services de réanimation, de personnels soignants va de pair avec le refus de tout plan de rattrapage scolaire pour les jeunes et la généralisation du chômage partiel et des licenciements, conduisant à un appauvrissement considérable des travailleurs et de leurs familles.

De tous temps, la classe des exploiteurs et ses gouvernements ont cherché à camoufler la réalité de cette société divisée en classes, en y opposant :
– l’union nationale qui prétend que toute la nation partagerait les mêmes intérêts sans distinction de classes ;
– la division entre communautés (de religion, d’origine…).

À l’union nationale et à la division communautariste nous opposons l’unité de la classe ouvrière sans distinction d’origine, de religion et de non-religion, de couleur de peau. Pour le POID, la religion doit rester affaire privée.

À Conflans-Sainte-Honorine, la barbarie s’est déchaînée avec l’assassinat d’un enseignant et, à travers lui, la volonté d’instaurer la terreur contre l’instruction publique, la laïcité et la République fondée sur l’égalité des droits des citoyens. Qu’une idéologie totalitaire revendiquant une motivation religieuse inspire un acte barbare, ce n’est malheureusement pas la première fois – l’histoire en témoigne – que la religion sert de prétexte à des massacres et à la barbarie, et cela quelle que soit la religion, à commencer par celle qui est majoritaire en France depuis plus de quinze siècles.

Le bureau national approuve le communiqué publié samedi 17 octobre, dans lequel « Le Parti ouvrier indépendant démocratique condamne l’ignoble assassinat de Conflans-Sainte-Honorine ». A la barbarie nous opposons l’unité de la classe ouvrière, l’égalité des droits des citoyens dans la république laïque.

D’aucune manière les travailleurs ne peuvent défendre ces principes et leurs droits en se rangeant derrière Macron et son gouvernement, qui, comme tous leurs prédécesseurs, s’attaquent à la laïcité et aux droits des travailleurs et de la jeunesse. D’aucune manière les travailleurs ne peuvent se ranger derrière ceux qui, sous couvert de lutte contre « l’islamisme radical » veulent stigmatiser une partie du peuple travailleur et de la jeunesse en fonction de son appartenance réelle ou supposée à une religion.

La classe ouvrière doit unir ses rangs indépendamment des opinions religieuses ou non religieuses des uns et des autres. Pas question de suivre Jean-Luc Mélenchon, Olivier Faure et les autres dirigeants « de gauche » qui mardi dernier, à l’Assemblée nationale se sont prononcés pour l’union nationale derrière Macron, comme ils l’avaient déjà fait le 19 mars en votant les 343 milliards donnés aux capitalistes pour les renflouer.

Non, l’heure n’est pas à se ranger derrière Macron. Face à la barbarie, il n’est de meilleur rempart que le mouvement ouvrier indépendant, uni dans la défense des intérêts des travailleurs et de la démocratie. L’heure est à rompre avec Macron, dont chaque discours attise les tensions en stigmatisant une partie de la population. L’urgence c’est une politique de rupture ouvrière : ce ne sont pas les profits qu’il faut sauver, mais les emplois, la santé, l’instruction publique. C’est à cela qu’il faut consacrer les immenses moyens financiers dégagés depuis huit mois.

Cette politique ouvrière, nous en rendrons compte dans le meeting du Parti ouvrier indépendant démocratique le 7 novembre prochain.

Toutes et tous au meeting
le samedi 7 novembre 14h30 !

Espace Charenton, 327 rue de Charenton, 75012 Paris

Montreuil, le 24 octobre 2020

Le bureau national du POID

Le Parti ouvrier indépendant démocratique condamne l’ignoble assassinat de Conflans-Sainte-Honorine

Le Parti ouvrier indépendant démocratique condamne l’ignoble assassinat de Conflans-Sainte-Honorine.

Il salue la mémoire de l’enseignant mort pour avoir exercé sa mission d’instruction. Il adresse à sa famille et à ses proches ses sincères condoléances et les assure de sa solidarité.

Rien ne saurait justifier qu’un enseignant paie de sa vie la liberté pédagogique qui est la sienne d’enseigner les matières dont il a la responsabilité.

Ce nouveau pas franchi dans l’escalade de barbarie qui, depuis plusieurs années, frappe notre pays, suscite une large et légitime indignation. Des rassemblements spontanés ont eu lieu ce samedi 17 octobre. D’autres sont convoqués dans toute la France dimanche 18.

Les adhérents du Parti ouvrier indépendant démocratique participeront à ces rassemblements, répondant en particulier à l’appel de leurs organisations syndicales, conscients que le meilleur rempart de défense de la démocratie et des libertés, aujourd’hui comme hier, est celui dressé par le mouvement ouvrier.

Les adhérents du POID y participeront avec leurs collègues, travailleurs de toutes tendances et de toutes origines, avec les enseignants et les parents unis dans la défense des libertés et de la démocratie, unis contre la barbarie.

Ils n’y participeront pas aux côtés de Macron, Castex, Blanquer et autre Darmanin qui prétendent s’associer à cet hommage. Aucune union sacrée n’est possible avec Macron, dont le discours prononcé il y a une dizaine de jours à quelques kilomètres de Conflans Sainte Honorine, annonçait un projet de loi contre le prétendu séparatisme islamiste. Discours qui a contribué à attiser le climat de tension et de stigmatisation contre une partie de la population en fonction de ses origines et/ou de sa religion.

Aucune union sacrée avec Macron et Blanquer dont les contre-réformes et la politique de destruction des diplômes – dans la continuité des gouvernements précédents – ne cessent de saper l’unité de l’école publique et laïque, l’égalité des droits de la jeunesse devant l’instruction ! Aucune union sacrée avec Macron, Blanquer et autre Castex qui, s’appuyant sur le vote unanime du 19 mars à l’Assemblée nationale, déversent 560 milliards aux capitalistes qui licencient à tour de bras ; tandis que le pays s’apprête à subir une deuxième vague d’une pandémie catastrophique sans moyens supplémentaires et même avec moins de lits et de services de réanimation, puisque le gouvernement s’acharne à détruire les hôpitaux.

La défense de la démocratie, de la république et de la laïcité est inséparable de la reconquête d’une école et d’une république laïques garantissant des droits égaux à tous, et en particulier l’accès au diplôme et à la qualification pour tous les jeunes, quel que soit le quartier où ils vivent et quelle que soit leur origine. C’est la condition pour défendre réellement toutes les libertés : d’expression, d’enseignement, de croire ou de ne pas croire, de presse, d’organisation, de manifestation, d’action et de mobilisation.

Cela impose de combattre dans tous les domaines ceux qui portent une responsabilité écrasante dans la marche à la dislocation politique, sociale et économique du pays : Macron et son gouvernement.

REJOIGNEZ LES 25 672 PREMIERS SIGNATAIRES DE LA PÉTITION POUR L’INTERDICTION DES LICENCIEMENTS

Interdiction des licenciements !
Unité pour l’interdiction des licenciements !
Unité contre toutes les suppressions d’emploi,
contre tous les licenciements !