Le POID au rassemblement, vendredi 30 mars, à 18h30, à l’ambassade d’Espagne (Métro Alma Marceau)

 

Mise à jour le 3 avril 2018 – Vidéo reportage du rassemblement aux abords de l’ambassade d’Espagne à Paris

picto pdf petit

Communiqué – 27 mars 2018 – Le Parti ouvrier indépendant démocratique (POID) condamne l’arrestation, le 25 mars, par la police du gouvernement Merkel de Carles Puigdemont, ancien président de la Généralité de Catalogne en exil, et l’emprisonnement, le 23 mars, de cinq autres responsables politiques catalans par le Tribunal suprême de la monarchie espagnole.

En se rangeant du côté de la monarchie espagnole issue des accords de 1977 avec les héritiers du franquisme, contre le peuple catalan et sa volonté exprimée lors du référendum du 1er octobre, de vivre en République, l’Union européenne – qui ne manque pas une occasion de donner des « leçons de démocratie » au monde entier – démontre une nouvelle fois qu’elle n’est rien d’autre qu’une prison des peuples.

Le POID condamne le soutien apporté par le gouvernement Macron-Philippe à la répression exercée par le gouvernement Rajoy. Il salue l’initiative prise par des militants ouvriers, sociaux-démocrates et syndicalistes d’Allemagne qui, dès le 25 mars, se sont adressés solennellement au comité directeur du Parti social-démocrate (SPD, membre du gouvernement de grande coalition avec Mme Merkel) et au ministre de la Justice pour exiger la libération immédiate de Carles Puigdemont, et s’opposer fermement à toute extradition vers l’Espagne où il est menacé de trente ans de prison.

Le POID est aux côtés des travailleurs et des jeunes qui, dès dimanche 25 mars en Catalogne et au Pays basque, et depuis dans d’autres régions d’Espagne, manifestent contre la répression, pour la libération immédiate de tous les emprisonnés politiques, pour la défense de la République catalane.

Le POID considère que la démocratie et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ne se divisent pas. C’est le droit absolu du peuple catalan de se libérer du joug de la monarchie franquiste et de constituer sa propre République catalane, comme c’est le droit de n’importe quel peuple d’Espagne de faire de même.

Libérez Puigdemont et tous les prisonniers politiques !

Droit du peuple catalan à choisir librement ses propres représentants !

Bas les pattes devant la République catalane !

À bas l’Union européenne !

C’est sur ces mots d’ordre que le POID participera au rassemblement devant l’ambassade d’Espagne, organisé par le Collectif de soutien au peuple catalan et le Comité de défense de la République catalane (CDR-Paris), vendredi 30 mars à 18 h 30. Métro : Alma Marceau

INTÉGRAL Le meeting du 1er Mars à Paris pour la libération des prisonniers politiques catalans

Vous voulez écouter cette vidéo en podcast ? Cliquez ici.

Vous voulez voir cette vidéo sur Youtube ? Cliquez ici.

TT pub poing abo logo picto

dès le jeudi dans votre boîte à lettres.
Pour un abonnement ou réabonnement immédiat,
cliquez sur le bouton de votre choix.


Vous voulez de l’aide ? Cliquer ici


Vous pouvez aussi vous abonner par correspondance.
Toutes les formules d’abonnements sont ici

Cliquez sur le formulaire ci-dessus, imprimer la feuille, remplissez le bordereau et postez-le avec votre chèque.

 

Communiqué Bas les pattes devant la République catalane !

nouveaulogopoid

Paris, le 27 octobre 2017, 20 heures

picto pdf petitCe 27 octobre, le Parlement de Catalogne a, par une résolution, décrété que « la Catalogne constitue un État indépendant sous la forme d’une République » et décidé d’engager « un processus constituant ».

Cette déclaration est conforme au résultat du référendum du 1er octobre.
Elle est conforme à l’exigence démocratique : c’est au peuple catalan de décider de son avenir, et à lui seul ! Depuis que cette déclaration a été connue, c’est un véritable déchaînement contre la République catalane :

  • le gouvernement Rajoy s’est engagé dans une escalade de répression : mise sous tutelle de la Catalogne (article 155), poursuites contre le président de la Généralité pour « rébellion » ;
  • l’Union européenne, l’administration Trump, Macron et tous les gouvernements des grandes puissances capitalistes condamnent la proclamation de la République et se rangent derrière Rajoy et la monarchie ;
  • en Espagne même, tous les dirigeants des principaux partis, y compris les partis de « gauche » (notamment PSOE et Podemos) condamnent la proclamation de la République et se rangent derrière la monarchie.Il est clair que la proclamation de la République de Catalogne ouvre une brèche dans le système institutionnel de la monarchie franquiste mis en place il y a quarante ans dans la continuité de la dictature de Franco.Dans cette brèche peuvent s’engouffrer tous les peuples de l’État espagnol, du Pays basque à la Galice, de l’Andalousie à la Castille, pour proclamer à leur tour leurs Républiques et engager partout le processus constituant permettant aux peuples eux-mêmes de décider ce que doivent être le contenu social et la forme d’une véritable union libre des Républiques libres d’Espagne.C’est aux peuples de décider.

    Le Parti ouvrier indépendant démocratique, qui combat en France contre le régime de la Ve République et contre l’Union européenne, pour l’unité pour chasser le gouvernement Macron-Philippe, pour l’union libre des peuples et des nations libres de toute l’Europe, réaffirme sa solidarité avec le peuple et les travailleurs de Catalogne, et ceux de toutes les régions d’Espagne en lutte pour la démocratie et contre la monarchie.

    Ne touchez pas au peuple catalan !

Pour tout contact : poidemocratique@orange.fr

CATALOGNE À bas la répression franquiste ! Libération immédiate des emprisonnés politiques !

logo POID carré 38x38(communiqué du POID du 17 octobre – 13 h) Il y a quelques heures dans la soirée du 16 octobre, Jordi Sanchez (Assemblée nationale catalane) et Jordi Cuixart (Omnium), deux responsables d’organisations démocratiques de Catalogne qui se prononcent pour la proclamation de la République catalane, conformément au résultat sans appel du référendum du 1er octobre, ont été jetés en prison par le gouvernement de la monarchie espagnole.

Après les brutalités policières du 1er octobre contre le peuple catalan, qui, malgré tous les obstacles, a voté pour décider librement de son sort, c’est à nouveau la répression déchaînée par la monarchie franquiste, qui rappelle de sinistres souvenirs à tous les travailleurs et aux peuples de l’État espagnol.

Le Parti ouvrier indépendant démocratique réaffirme, comme il l’a fait depuis des semaines dans son hebdomadaire, puis à la tribune de son meeting tenu à Paris le 13 octobre :

Ce n’est pas à Madrid, ni à Paris, ni à Bruxelles ou Washington que doit se décider le sort du peuple catalan !

OUI au droit du peuple catalan à disposer de lui-même !

OUI au droit du peuple catalan à proclamer maintenant, comme il l’a décidé, la République catalane !

OUI au droit des peuples d’Espagne à proclamer, s’ils le décident, la République !

À bas la répression franquiste !

Libération immédiate des emprisonnés politiques !

Rajoy, Macron, Union européenne : bas les pattes devant le peuple catalan !

Vive l’unité des travailleurs et des peuples de l’État espagnol et de toute l’Europe !

Le Parti ouvrier indépendant démocratique appelle ses comités et ses militants à être prêts à répondre à tout appel à se rassembler sur ces mots d’ordre.

17 octobre, 13 heures