Communiqué – Le 19 juin, le peuple a tranché: Macron et tous ses plans sont illégitimes !

Rejetés par une large majorité des électeurs inscrits, Macron, son gouvernement et sa politique ont essuyé ce 19 juin une défaite totale. Aucune coalition n’étant majoritaire, Macron ne peut même pas compter sur une cohabitation. 

Il y a un vaincu. Y a-t-il un vainqueur ? La Nupes a plus que doublé le nombre de députés des partis qui la composent tandis que le Rassemblement national effectue une percée inquiétante, passant de 8 à 89 députés. Mais c’est un fait : les uns et les autres se sont empressés, ce 19 juin, de proclamer la légitimité du quinquennat qui commence et de promettre de respecter la Constitution de la V République. 

Pourtant, il existe une majorité : 57 % des électeurs inscrits ont refusé d’exprimer un vote pour tel ou tel candidat. Ils sont plus de 70 % parmi les jeunes et quasiment autant parmi les ouvriers et les employés. En SeineSaint-Denis, où la Nupes obtient tous les sièges, elle recueille les voix d’à peine un électeur inscrit sur quatre. 

Du point de vue de la démocratie et de la rupture dont ils se réclament, les dirigeants de la Nupes devraient en toute logique dire clairement que Macron, illégitime, doit partir et que la V République, illégitime, doit partir aussi ; et ils devraient engager sans délai une campagne de mobilisation de masse pour la convocation d’une Assemblée constituante souveraine afin que le pouvoir soit donné aux délégués du peuple – élus, mandatés et révocables – de décider ce que doit être une authentique démocratie. 

Au lendemain du second tour, les dirigeants de la Nupes ne s’orientent pas en ce sens, laissant toute latitude à Macron pour tenter de sauver le régime. Tandis qu’Élisabeth Borne travaille à constituer des majorités de circonstance à droite comme à gauche, Macron lui-même convoque à l’Élysée tous les dirigeants syndicaux et patronaux pour mettre en place son « conseil national de la refondation ». Toutes ces manœuvres visent à faire passer les projets les plus anti-ouvriers et les plus antidémocratiques contre les retraites, pour l’austérité, pour financer les budgets de guerre ou encore pour liquider les services publics. 

L’immense majorité de ce pays, le peuple travailleur et la jeunesse rejettent Macron et sa politique. La démocratie exige qu’aucun soutien ne soit apporté à ce gouvernement. Aucune compromission n’est possible, sous peine de précipiter encore plus profondément le pays dans le chaos et d’apporter de l’eau au moulin d’une extrême droite qui, comme l’a revendiqué Marine Le Pen hier, attend son heure. 

Travailleurs, jeunes, le pays va entrer dans une situation difficile et instable. Serrons les rangs ! Depuis des mois, les grèves et les mobilisations ouvrières pour les revendications se multiplient dans tous les secteurs professionnels et dans tout le pays. C’est dans et par la lutte de classe, dans et par la mobilisation unie des travailleurs et de leurs organisations, sans aucune collaboration avec le gouvernement, que l’on empêchera la marche à la dislocation et à la réaction. 

Pour cela, un parti ouvrier est nécessaire. Le Parti ouvrier indépendant démocratique mène campagne depuis des mois pour un gouvernement du peuple travailleur sans Macron ni patrons, un gouvernement qui prenne les mesures d’urgence au service de la population. Rejoignez-nous, venez participer aux assemblées que le POID organise dans tout le pays dans la première semaine de juillet. 

Le bureau national, le 20 juin 2022 


À Jean-Luc Mélenchon et aux dirigeants de La France insoumise

Montreuil, le 21 avril 2022

À Jean-Luc Mélenchon et aux dirigeants de La France insoumise

Nous avons pris connaissance des lettres adressées par La France insoumise au Parti communiste français, à Europe Écologie-Les Verts et au NPA afin de jeter les bases d’un rassemblement pour les élections législatives. Cette lettre ne nous est pas destinée. C’est logique : vous connaissez notre désaccord sur le programme de l’Union populaire, qui doit constituer le socle de votre proposition de rassemblement (comme vous connaissez nos désaccords sur le vote unanime auquel les députés de La France insoumise ont participé le 19 mars 2020, accordant 343 milliards d’euros aux capitalistes et aux spéculateurs, et le vote des députés de La France insoumise au Parlement européen les 1er mars et 7 avril approuvant l’escalade militaire à l’est de l’Europe).

Le but du présent courrier n’est pas la recherche d’un accord en vue des prochaines législatives.

Pour autant, nous ne sommes pas indifférents à la discussion ouverte par vos courriers. Nous avons entendu Adrien Quatennens proposer « d’imposer une cohabitation » à Macron. Nous avons lu l’interview de Mathilde Panot déclarant : « Nous voulons être majoritaires pour gouverner le pays. Nous n’allons pas aux législatives pour avoir un maximum de députés mais pour appliquer notre programme l’Avenir en commun. » Nous avons entendu Jean-Luc Mélenchon déclarer : « Je demande aux Français de m’élire Premier ministre. Je leur demande pour m’élire Premier ministre d’élire une majorité de députés insoumis, insoumis et Union populaire. »

Dimanche 24 avril, la Vᵉ République sera dotée d’un nouveau président, à l’issue d’un second tour dans lequel, en conséquence de la division, ne figure aucun candidat revendiquant la défense des intérêts des travailleurs. Dans ce contexte, serait-il indifférent que le Premier ministre soit ou non Jean-Luc Mélenchon ?

La solution la plus favorable aux intérêts des travailleurs, c’est celle qui permettra qu’au moins un certain nombre de mesures soient prises dans le sens de leurs intérêts. Un gouvernement dirigé par La France insoumise, dans le contexte de la Vᵉ République, peut-il réaliser cela ? « Élisez-moi Premier ministre », propose Jean-Luc Mélenchon en direction des électeurs. Jean-Luc Mélenchon sait – et nous savons tous – que, sous la Vᵉ République (dont nous voulons tous l’abolition), c’est le président de la République qui est élu au suffrage universel et non le Premier ministre. Comme le veut la Constitution, c’est le président qui concentre entre ses mains l’essentiel des pouvoirs et qui nomme le Premier ministre dont les prérogatives sont constitutionnellement limitées. En un mot : le Premier ministre et son gouvernement sont sous la tutelle du président. Toutefois, nous comprenons qu’à travers cette formule Jean-Luc Mélenchon a voulu dire : « Nous revendiquons de gouverner sur notre programme. » Cette affirmation mérite d’être prise au sérieux. Le programme de La France insoumise n’est pas le nôtre. Mais il est certain que même un début de mise en œuvre de ce programme marquerait une différence par rapport à ce que ferait un autre gouvernement.

Par conséquent, notre préoccupation – partagée par un grand nombre de travailleurs, de militants, de jeunes de toutes tendances – peut être résumée ainsi : êtes-vous prêts à vous donner tous les moyens d’appliquer, ou à tout le moins de commencer à appliquer, ce programme qui est le vôtre ?

Dans la situation terrible qui frappe les travailleurs, les familles populaires et la jeunesse aujourd’hui, cela implique des mesures d’urgence. À commencer par le blocage total de tous les prix de produits de consommation courante, des carburants et des loyers face à une inflation qui galope et l’immédiat relèvement de tous les salaires, pensions et minima sociaux.

Face à l’imminence d’une rentrée scolaire catastrophique pour septembre 2022, cela suppose de dégager immédiatement tous les moyens de nomination des dizaines de milliers d’enseignants et de personnels de manière à rétablir les conditions d’une scolarisation normale de la jeune génération et d’abroger les contre- réformes destructrices du baccalauréat, de Parcoursup

Face à cet autre désastre que constitue la situation hospitalière, cela implique de dégager sans délai les moyens de l’embauche des 100 000 personnels soignants nécessaires, de rouvrir sans délai les lits et les services fermés dans les hôpitaux.

Urgence également à abroger les contre-réformes destructrices et, pour commencer, à préserver les régimes de retraite en s’opposant, a minima, à tout allongement de l’âge de départ à la retraite.

Pour cela, il ne faut pas hésiter à prendre les moyens nécessaires à ces mesures là où ils sont, en particulier parmi les centaines de milliards distribués aux capitalistes depuis deux ans au prétexte de la lutte contre la pandémie dont on sait l’usage qui en a été fait.

Urgence immédiate aussi la sortie de la France du commandement militaire de l’OTAN, dans un processus de dégagement de cette alliance militaire au service de l’impérialisme américain.

Toutes ces mesures sont présentes soit dans le programme de La France insoumise, soit dans les dernières propositions formulées par Jean-Luc Mélenchon ou d’autres dirigeants de votre mouvement. Notre démarche ne consiste donc pas à vous demander d’appliquer un autre programme que le vôtre. Mais il est important dans l’intérêt du peuple travailleur de savoir si vous comptez vous donner les moyens de mettre en œuvre sans délai votre programme.

C’est sur ce point que des équivoques doivent être levées. Nous avons entendu la revendication par Quatennens d’une cohabitation. L’histoire nous apprend ce que veut dire la cohabitation. Le seul gouvernement sous la Vᵉ République qui a vu un Premier ministre de gauche cohabiter avec un président de droite fut, de 1997 à 2002, le gouvernement Chirac-Jospin (qui comprenait de nombreux ministres socialistes, Verts, communistes…). C’est le premier gouvernement qui a appliqué le plan Juppé destructeur de la Sécurité sociale, contre lequel s’étaient dressés des millions de travailleurs en grève et en manifestation avec les syndicats un an plus tôt, un plan dont tous les dirigeants de gauche avaient juré qu’ils imposeraient le retrait. Ce gouvernement est entré aussi dans l’histoire pour être celui qui a le plus privatisé de toute la Vᵉ République. C’est aussi le gouvernement qui a décidé la participation de la France à l’intervention militaire de l’OTAN en Afghanistan. La cohabitation Chirac-Jospin, sur un plan constitutionnel, fut très respectueuse des règles de la Vᵉ République ; sur le plan social, économique, politique, elle a été marquée par une politique de régression qui n’a rien eu à envier à ce qu’aurait été une politique d’un gouvernement de droite.

La cohabitation implique de se subordonner et aux institutions de la Vᵉ République et à l’accord nécessaire avec un président élu sur un programme de régression sociale et qui compte bien veiller à son application. Ou bien votre intention est-elle, du point de vue de la démocratie dont vous vous réclamez, de considérer qu’ayant reçu un mandat majoritaire du peuple lors des élections législatives, vous avez le droit et le devoir de le mettre en œuvre ?

Dans ce cas, il est probable que le président élu sur un programme contradictoire tentera de s’y opposer en invoquant les règles de la Vᵉ République. Dans cette hypothèse, la question clé sera : qui dirige ?

Votre position sera-t-elle alors de rejeter ces diktats et d’engager immédiatement le processus de convocation de l’élection à une Assemblée constituante souveraine par laquelle le peuple définira le contenu social et les formes politiques d’une authentique démocratie, balayant la monarchie présidentialiste ? Si tel est le cas, vous serez amenés, nous en sommes convaincus, à en appeler à la mobilisation de millions et de millions de travailleurs et de jeunes pour permettre que la démocratie l’emporte sur toutes les résistances que la réaction ne manquera pas de dresser.

Nous sommes convaincus qu’alors les travailleurs et les jeunes se mobiliseront en ce sens. Soyez assurés que le Parti ouvrier indépendant démocratique, pour sa part, à la hauteur des moyens qui sont les siens, saura prendre sa part dans le combat pour imposer, sinon une rupture complète avec l’ordre capitaliste, au moins les premières mesures sur la voie de la rupture. Sans pour autant que nous renoncions à notre propre programme politique de combat pour un gouvernement des travailleurs et de la démocratie, pour le socialisme.

Nous voulons croire que vous clarifierez votre position sur cette question essentielle : ou bien cohabiter et de fait se soumettre aux règles de la Vᵉ République qui donnent la prééminence du pouvoir à un président et à la réaction capitaliste qui l’a porté au pouvoir ; ou bien assumer le mandat de la majorité, le mandat démocratique que vous sollicitez et ne pas hésiter pour appliquer votre propre politique à vous engager sur la voie de la rupture.

Notre démarche n’a aucun caractère polémique. Si une possibilité existe d’une amorce de rupture allant dans le sens des intérêts des travailleurs et de la jeunesse, d’un premier pas remettant en cause la continuité des gouvernements qui précèdent, sachez que le POID saura prendre ses responsabilités.

Nous serons attentifs à la réponse que vous voudrez bien apporter à ces questions.

Recevez, camarades, nos salutations fraternelles.

Le bureau national du Parti ouvrier indépendant démocratique

Montreuil, le 21 avril 2022

Lettre aux 20 000 travailleurs, militants et jeunes signataires de l’appel « pour la réquisition des 600 milliards que le gouvernement a offerts aux capitalistes » … et à tous ceux qui vont le signer

Adoptée à l’unanimité par les délégués au 5e Congrès national du Parti ouvrier indépendant démocratique 

Travailleuses et travailleurs, militantes et militants, jeunes ! 

Ce 22 janvier 2022, plus de 20 000 travailleurs, militants ouvriers et jeunes ont signé l’appel lancé début novembre 2021 par le POID. 

Nous sommes plus de 20 000 à dire : « En deux ans, le gouvernement Macron a offert près de 600 milliards aux capitalistes […]. La démocratie exige : ces 600 milliards doivent être rendus au peuple, pour financer les hôpitaux, l’école et les services publics, pour augmenter les salaires, les pensions et les minima sociaux. » 

Cette exigence était au cœur du meeting national du POID le 22 janvier à Paris auquel plus de 1 500 travailleurs, militants et jeunes venus de toute la France ont participé, malgré toutes les difficultés de la situation. 

Ces 600 milliards d’euros que le gouvernement Macron a offerts aux capitalistes et aux banques (dont la première tranche de 343 milliards d’euros a été votée à l’unanimité à l’Assemblée nationale le 19 mars 2020) représentent plus de deux fois le budget annuel de la nation. 

Contrairement aux mensonges du gouvernement qui prétend que ces sommes ont été utilisées pour lutter contre la pandémie ou « relancer l’économie », l’essentiel de ces 600 milliards a été donné aux grandes entreprises capitalistes et aux banques, qui s’en sont servis pour engraisser les actionnaires, les spéculateurs et pour licencier (lire au verso). 

Chaque travailleur, chaque jeune, chaque mère de famille peut le constater : ces 600 milliards, nous en payons le prix fort chaque jour. 

Chaque licenciement qui jette une famille ouvrière dans la misère ; chaque infirmière qui manque dans un service hospitalier au péril de la vie des patients ; chaque enseignant non remplacé plongeant la jeune génération dans le naufrage scolaire ; chaque étudiant qui se prive d’un repas sur deux… c’est le prix que nous payons pour ces 600 milliards ! 

Pourtant, il n’y a aucune fatalité ! Les travailleurs le montrent quand, sous toutes les formes, ils se mobilisent avec leurs syndicats pour arracher les revendications, dans cette vague de grèves dont La Tribune des travailleurs rend et rendra compte le plus largement possible chaque semaine. 

Nous l’affirmons : un gouvernement véritablement au service de la majorité, au service du peuple travailleur, en un mot, un gouvernement ouvrier, reprendrait aux capitalistes ces 600 milliards pour les affecter, tout de suite, aux hôpitaux, à l’école publique, aux services publics, au logement, à l’augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux. Il faudrait, par exemple, à peine 5 milliards d’euros par an pour embaucher les 100 000 infirmières qui manquent dans les hôpitaux. 5 milliards… une goutte d’eau comparée aux 600 milliards. 

Alors, nous vous lançons un appel. À vous tous, les 20 000, qui avez signé, et à vous tous qui ne l’avez pas encore fait mais partagez avec nous cette exigence : 

développons ensemble la campagne pour la réquisition des 600 milliards d’euros ! Ensemble, faisons signer l’appel massivement à la porte des entreprises, des écoles, des universités, dans les cités et les quartiers populaires, dans chaque manifestation de résistance des travailleurs et de la jeunesse. Ensemble, construisons la force qui donnera confiance aux millions et aux millions d’exploités et d’opprimés pour aller réclamer leur dû (1) ! 

Pour renforcer cette campagne, nous vous appelons à prendre votre place dans ce combat en rejoignant le Parti ouvrier indépendant démocratique, en diffusant La Tribune des travailleurs

(1) Nous nous adresserons aux candidats du PS, du PCF et de LFI à l’élection présidentielle ainsi qu’aux députés de ces partis qui ont participé au vote unanime du 19 mars 2020 pour les appeler à revenir sur ce vote, à se prononcer pour la réquisition des 600 milliards, à rompre l’accord avec le gouvernement Macron.


600 milliards d’euros : d’où viennent-ils, à quoi ont-ils servi ? Travailleurs, militants, jeunes : le savez-vous ? 

Le 19 mars 2020, l’Assemblée nationale unanime (dont les députés PS, PCF, LFI*) vote le projet de loi de finances rectificative (PLFR) : 2 milliards pour les hôpitaux… et 343 milliards « d’aide aux entreprises  ». 

Le 17 avril 2020, une rallonge de 65 milliards porte ce plan à 408 milliards. Sur ces 408 milliards, 315 sont destinés au « soutien à la trésorerie des entreprises », 20 milliards au « soutien aux entreprises stratégiques », 24 milliards pour financer le chômage partiel (prenant ainsi en charge ce que les patrons doivent payer), etc. 

Au printemps 2020, le gouvernement ajoute 50 milliards d’euros d’allègements fiscaux et sociaux en faveur des grands patrons.
Le 3 septembre 2020, le gouvernement adopte un nouveau plan de « relance » de 100 milliards d’euros. Le 23 octobre 2021, Macron ajoute un nouveau plan de 34 milliards. 

343 + 65 + 50 + 100 + 34, ce sont 592 milliards, et près de 600 milliards si l’on ajoute les subventions de l’État aux entreprises et les exonérations de cotisations sociales accordées en temps « normal ». 

D’où viennent ces 600 milliards ? 

Du budget de l’État, c’est-à dire-des impôts directs et indirects des contribuables (dont la majorité sont des travailleurs). Autant d’argent en moins pour les services publics : hôpitaux, écoles, communes, etc. 

Des caisses de la Sécurité sociale, c’est-à-dire de l’argent du salaire différé des travailleurs. 

Qu’est-ce que cela représente ? 

600 milliards d’euros, c’est plus du double du budget annuel de la nation. C’est dix fois le budget annuel de l’Éducation nationale. 

À quoi ont servi ces 600 milliards ? 

À engraisser encore plus les capitalistes, les actionnaires et les banques. Les records battus en 2020-2021 par les entreprises du CAC 40 s’expliquent « principalement en raison de l’argent public versé sans condition par les gouvernements et les banques centrales », dit le rapport d’Oxfam (janvier 2022). 

À supprimer des emplois et à licencier. Les prêts garantis par l’État (PGE) accordés aux banques ont permis à celles-ci de prêter aux entreprises à condition d’être « plus compétitives » en se débarrassant des secteurs « non rentables ». C’est ainsi que la suppression de 6 595 emplois a été réalisée par Air France, bénéficiaire d’un PGE de 7 milliards d’euros, et de 4 600 emplois (et la liquidation de sous-traitants comme la SAM, 350 emplois) par Renault, bénéficiaire d’un PGE de près de 5 milliards. 

Ces 600 milliards doivent être repris aux capitalistes, rendus au peuple et affectés aux besoins des travailleurs, des chômeurs, des retraités et de la jeunesse ! 

La Tribune des travailleurs tient à la disposition de tout travailleur, militant, jeune qui le demandera un supplément exposant l’ensemble des faits permettant de juger par soi-même.
Chaque semaine, lisez La Tribune des travailleurs, abonnez-vous 

______

* Ce vote unanime est consultable sur le site de l’Assemblée nationale :
https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/comptes-rendus/seance/session-ordinaire-de-2019-2020/deuxieme-seance-du- jeudi-19-mars-2020 

Le POID interdit de manifester, c’est tout le mouvement ouvrier qui est menacé !

Le 5 juin, place de la Nation à Paris, le POID interdit de manifester.

Convoquée depuis six semaines, la manifestation du Parti ouvrier indépendant démocratique a été interdite le jour même de sa tenue, le 5 juin, sur décision du préfet Lallement agissant au nom du gouvernement, décision confirmée par le tribunal administratif.

C’est le droit de manifester qui est menacé.
Dans son document, le préfet signale qu’il a autorisé d’autres manifestations le même jour à Paris, parmi lesquelles « une

manifestation antifasciste » et des « manifestations […] liées au mouvement des “gilets jaunes” ».

Pourquoi cette différence de traitement ? À propos de la manifestation du POID, le préfet évoque « un risque fort que des individus […] puissent infiltrer cette manifestation afin d’instaurer un climat d’insurrection ». Le POID est-il mis en cause dans ce risque ? Non. Un seul exemple est-il fourni d’une manifestation précédente de notre parti qui ait donné lieu à de tels incidents ? Non.

Alors pourquoi ce traitement particulier ? En citant (et en les déformant) les mots d’ordre politiques de notre manifestation, le préfet Lallement en fait l’aveu : à cause de son contenu !

Ce coup de force vise tout le mouvement ouvrier : pour justifier l’interdiction, le préfet évoque l’agression du 1er-Mai contre la CGT, victime de semblables « infiltrations » et incidents. Ainsi, toute organisation ouvrière susceptible d’être agressée pourrait être préventivement interdite de manifestation !

En réalité, pour Lallement, Darmanin et Macron, il ne fallait pas que défilent pacifiquement dans les rues de Paris des manifestants criant : « Dehors Macron et sa politique ! Dehors la Ve République ! Assemblée constituante souveraine ! Interdiction des licenciements ! Confiscation des 560 milliards offerts aux capitalistes pour spéculer et licencier !… ». Certes, le rassemblement statique a pu se tenir place de la Nation : ces mots d’ordre y furent lancés, les discours prononcés et les messages de soutien reçus d’un grand nombre d’organisations, de responsables et de militants du mouvement ouvrier et démocratique furent lus.

Il n’en reste pas moins que la manifestation fut interdite.

Coup de force contre la démocratie, cette interdiction constitue aussi un aveu de faiblesse de la part d’un pouvoir dont la politique provoque contre lui un immense rejet, qu’exprime notamment la multiplication des grèves et des mobilisations.

Le POID se réserve d’attaquer en justice sur le fond cette décision infâme. Il alerte les organisations ouvrières et démocratiques de cette attaque sans précédent qui les menace toutes et réaffirme sa volonté d’agir dans l’unité pour la défense de la démocratie et des droits ouvriers.

C’est dans cet esprit et sur ses propres mots d’ordre, en toute indépendance, que ses militants participeront aux manifestations du 12 juin.

Le POID invite les travailleurs, les jeunes et les militants qui le souhaitent à participer aux assemblées qu’il organise pour mener ensemble le combat d’unité contre la réaction sous toutes ses formes, pour chasser Macron, pour les revendications.

Le Parti ouvrier indépendant démocratique, mardi 8 juin, 14 h 30.

Le Parti ouvrier indépendant démocratique interdit de manifester !

Ce vendredi 4 juin, dans la matinée le Parti ouvrier indépendant démocratique a reçu de la part de la préfecture de police de Paris un arrêté n° 2021-00508 daté du 2 juin et signé du préfet Lallement « portant interdiction partielle de l’itinéraire déposé d’une manifestation déclarée pour le samedi 5 juin 2021 ».
Rappelons que la demande d’autorisation de manifester a été déposée le 28 avril et qu’il aura fallu attendre près de 6 semaines pour que la veille de la manifestation, son interdiction nous soit notifiée !

Oui, interdiction puisque seul un rassemblement statique place de la Nation sera toléré !!

Nous invitons tous les citoyens et toutes les organisations attachées aux libertés et à la démocratie à prendre connaissance des considérants de cette interdiction :

Vu le courriel en date du 28 avril 2021 transmis aux services de la direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC) par lequel M. Dominique FERRE, représentant le « Parti ouvrier indépendant et démocratique », déclare une manifestation « pour la démocratie, contre la Vème République, en opposition avec la politique du Président de la République et du Gouvernement, pour une assemblée constituante souveraine et un gouvernement ouvrier qui établira l’industrie nationalisée de la pharmacie pour produire des vaccins en nombre, rétablir le monopole des services publics renationalisés,… » prévue à Paris le samedi 5 juin 2021, avec comme lieu de rassemblement, la place de la Nation à 14h00, puis un itinéraire menant à la place de la Bastille avec une dispersion prévue à 17h00 ; Considérant que, en application des articles L.2512-13 du code général des collectivités territoriales et 72 du décret du 29 avril 2004 susvisé, le préfet de police a la charge, à Paris, de l’ordre public ; que, en application de l’article L. 211-4 du code de la sécurité intérieure, « si l’autorité investie des pouvoirs de police estime que la manifestation projetée est de nature à troubler l’ordre public, elle interdit par un arrêté qu’elle notifie immédiatement aux signataires de la déclaration » ; Considérant que, en application de l’article 431-9 du code pénal, le fait d’avoir organisé une manifestation sur la voie publique ayant été interdite dans les conditions fixées par la loi est puni de six mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende ; que, en application de l’article R. 644- 4 du même code, le fait de participer à une manifestation ayant été interdite est passible de l’amende prévue pour les contraventions de la 4ème classe ; Considérant qu’il existe des risques sérieux pour que des éléments radicaux et à haute potentialité violente soient susceptibles de venir se greffer à ce rassemblement ou se reportent en cortèges sauvages dans d’autres quartier, afin de s’en prendre aux forces de l’ordre et de commettre des dégradations sur du mobilier urbain et des commerces ;Considérant en outre que les services de police et les unités de gendarmeries seront très fortement mobilisées le samedi 5 juin d’une part, pour veiller au strict respect, dans le ressort de l’agglomération parisienne, des mesures de sécurité sanitaires décidées par le gouvernement, d’autre part, pour assurer la sécurisation d’autres événements et manifestations, dans un contexte de menace terroriste qui sollicite toujours à un niveau élevé les forces de sécurité intérieure pour garantir la protection des personnes et des biens contre les risques d’attentat, dans le cadre du plan VIGIPIRATE renforcé toujours en vigueur ; »

Relevons qu’aucune manifestation du POID, depuis sa fondation il y a 6 ans, n’a donné lieu au moindre incident, notre parti étant connu pour prendre les mesures d’organisation et de protection propres à garantir la sécurité des manifestants et de l’environnement du cortège. Relevons également, que de l’aveu même des services de la préfecture d’autres manifestations convoquées le même jour ont, elles, été autorisées, notamment la manifestation en mémoire de Clément Méric et celle des gilets jaunes.

Il y a donc au pays des droits de l’homme et du citoyen deux poids, deux mesures. Les prétendus arguments de fait avancés par la préfecture ne reposant sur aucune réalité, chacun en conclura qu’il s’agit bien d’une interdiction politique. On ne sait lequel des mots d’ordre de cette manifestation nous vaut cette interdiction sans précédent.

Serait-il désormais illégal de manifester :

« pour la démocratie, contre la Ve République » ?
« en opposition avec la politique du président de la République et du gouvernement » ?
– en faveur « d’une industrie nationalisée de la pharmacie pour produire des vaccins en nombre » ?


Le POID dépose ce jour un recours en référé – liberté contre cette interdiction.
Il appelle ses adhérents, ses sympathisants et plus généralement tous les partisans de la démocratie et de la liberté d’expression à participer au

Rassemblement (autorisé) samedi 5 juin,
14 heures, place de la Nation

Le POID informe tous les partis et organisations du mouvement ouvrier et démocratique de ce nouveau coup porté contre les libertés et les invite quels que soient leurs accords et désaccords avec les mots d’ordre de ce rassemblement, de faire connaître leur protestation sous la forme qu’ils jugeront appropriée.

Le Parti ouvrier indépendant démocratique, vendredi 4 juin, 11 h 30.

Non à la dérive totalitaire ! Respect du droit de manifestation !

COMMUNIQUÉ DU POID – 14 MAI 2021

Voici les faits.

Mercredi 12 mai, la Préfecture de Police de Paris interdit un rassemblement convoqué par diverses organisations, aux abords du ministère des Affaires étrangères, où une délégation de représentants de l’Association France-Palestine solidarité (AFPS), de la CGT, de La France Insoumise et du PCF est reçue. A la sortie du Ministère, le président de l’AFPS, Bertrand Heilbronn, est arrêté et placé en garde à vue pendant plusieurs heures.

Jeudi 13 mai à 15 heures, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, déclare à propos de la manifestation de solidarité avec le peuple palestinien du samedi 15 mai (autorisée par la Préfecture de police de Paris) : « A Paris, j’ai demandé au Préfet de police d’interdire les manifestations de samedi (15 mai – Ndr) en lien avec les récentes tensions au Proche-Orient. De graves troubles à l’ordre public furent constatés en 2014. »

Jeudi 13 mai dans la soirée, par l’arrêté 2021-00432, le Préfet de police de Paris interdit la manifestation du 15 mai. Cet arrêté piétine le principe démocratique du droit de manifester une opinion. De fait, les motivations de cet arrêté reviennent à dire que cette manifestation est interdite parce qu’elle va à l’encontre de la politique étrangère du gouvernement. Délibérément, cet arrêté pousse à l’affrontement entre « communautés », alors que le thème de la manifestation était une position légitime de protestation contre la politique d’un gouvernement étranger, et non pas une affaire « intérieure ».

Ces faits sont d’une extrême gravité.
Alors qu’il vient de faire voter la levée de l’état d’urgence à l’Assemblée nationale, la décision prise par le gouvernement Macron et son ministre de l’Intérieur d’interdire une manifestation au motif que celle-ci n’est pas conforme avec sa politique étrangère, est le franchissement d’un cran extrêmement dangereux. Car cette décision crée un précédent qui se retournera demain contre toute organisation, parti, syndicat, association souhaitant exercer son droit de manifester à l’encontre de tel ou tel aspect de la politique du gouvernement.

C’est la liberté d’expression qui est remise en cause.

Faut-il rappeler qu’aux Etats-Unis – dont le gouvernement est pourtant le principal soutien de Netanyahou et de l’Etat d’Israël – toutes les manifestations de soutien au peuple palestinien convoquées ces dix derniers jours dans les grandes villes, de New York à Chicago, ont été autorisées et se sont déroulées sans aucun incident ?

Mais dans sa dérive antidémocratique, le gouvernement Macron et son ministre de l’Intérieur, utilisant tout l’arsenal arbitraire des institutions de la Ve République, délivrent un message politique : « Silence, on massacre ! »

Le Parti ouvrier indépendant démocratique (POID), qui a fait connaitre sa position *, condamne avec la plus grande fermeté l’interdiction du rassemblement du 12 mai, l’interdiction de la manifestation du 15 mai et l’arrestation du président de l’AFPS.

Quand les libertés démocratiques sont foulées aux pieds par le gouvernement, il est du devoir de toutes les organisations se réclamant du mouvement ouvrier et de la démocratie de faire bloc pour faire reculer les mesures liberticides.

Montreuil, le 14 mai 2021, 11h00

*Lire notre communiqué du 12 mai 2021 : https://poid.fr/2021/05/12/une-nouvelle-fois-la-terre-de-palestine-est-ensanglantee/

POID 67 avenue Faidherbe 93 100 Montreuil poidemocratique@orange.

Une nouvelle fois, la terre de Palestine est ensanglantée

COMMUNIQUÉ DU POID – 12 MAI 2021

À nouveau se déroule la logique de l’expansion coloniale qui caractérise l’État d’Israël depuis qu’il a été fondé en 1948 sous l’égide de toutes les grandes puissances.

Les familles menacées aujourd’hui d’expulsion dans le quartier de Cheikh Jarrah à Jérusalem sont souvent celles-là même qui s’y sont établies en 1948, après avoir été chassées des maisons qu’elles habitaient depuis des générations, en particulier à Jaffa et à Haïfa.

Jusqu’à quand ce mécanisme d’expulsion va-t-il se poursuivre ?

La Tribune des travailleurs, hebdomadaire du Parti ouvrier indépendant démocratique, a fait entendre les voix, certes minoritaires, de ceux qui, parmi la population juive israélienne, se dressent contre l’acharnement du gouvernement israélien à l’encontre des Palestiniens :

  • Avraham Burg, ancien président du Parlement israélien et de l’Agence juive, s’est prononcé en mars 2021 dans le quotidien israélien Haaretz « pour un État de tous ses citoyens ».
  • La principale association israélienne de défense des droits de l’homme, B’tselem, dans un rapport du 12 janvier 2021, déclare : « Entre le Jourdain et la Méditerranée : c’est l’apartheid ». Elle dénonce comme « législation discriminatoire » la loi israélienne de 1950 « sur la propriété des absents » au nom de laquelle les habitants palestiniens sont expropriés de leurs maisons.
  • Soixante lycéens israéliens ont, en janvier 2021, exprimé leur refus de servir dans l’armée israélienne, expliquant : « On nous demande de revêtir un uniforme taché de sang. Avec la nakba* et l’occupation, la société israélienne s’est construite sur des bases pourries et cela rejaillit dans tous les aspects de la vie : le racisme, les discours politiques de haine, la brutalité de la police et bien d’autres choses encore. »

Ils ont raison. Israël est devenu un État d’apartheid fondé sur la discrimination et le racisme. La logique de l’apartheid, c’est l’éviction pure et simple de tout le peuple palestinien du territoire historique de la Palestine.
Aucune issue conforme aux principes universels de démocratie et du droit des peuples à disposer d’eux- mêmes n’est envisageable si ne sont pas reconnus au peuple palestinien, comme à tous les peuples, le droit à la nation, à la terre, à la liberté et donc le droit au retour.

La Tribune des travailleurs a donné la parole à des militants palestiniens, qui, pour leur part, affirment : « Les trois questions majeures qui demeurent sont donc : l’unité avec la lutte des peuples arabes contre l’oppression ; la lutte commune avec des forces juives progressistes pour un État palestinien démocratique et laïque et pour le droit au retour des réfugiés palestiniens ; et la solidarité internationale avec les peuples et les classes opprimées qui luttent pour leurs droits dans le monde entier. »

Que l’on partage ou non cette position, il doit être clairement affirmé qu’aucune solution ne sera trouvée dans la répression, la discrimination et la négation des droits.

Honte à Biden, qui dans la continuité de Trump déclarant « Jérusalem, capitale de l’État d’Israël », soutient Netanyahou !

Honte au Conseil de sécurité de l’ONU qui s’est, comme toujours, rangé derrière l’administration américaine !

Honte à l’Union européenne qui renvoie dos à dos agressés et agresseurs, prônant la « désescalade » des deux côtés !

Arrêt immédiat de la répression contre les Palestiniens qui manifestent à Jérusalem et dans toutes les villes !
Halte aux bombardements contre Gaza !
Arrêt des expulsions à Cheikh Jarrah !
Liberté pour le peuple palestinien !
Droit au retour pour tous les réfugiés !

* La nakba (« catastrophe ») est l’expulsion de 850 000 Palestiniens de leurs villes et villages en mai 1948.

Tous à Paris (M° Nation) le 5 juin à 14 heures

Le POID condamne les agressions contre la CGT et ses militants, le 1er mai à Paris

Le Parti ouvrier indépendant démocratique (POID) condamne les agressions survenues samedi 1er mai 2021 à Paris, lors de la dispersion de la manifestation à l’appel des organisations syndicales, contre la CGT et ses militants, dont 21 ont été blessés (4 dans un état grave).

Les faits sont connus. Comme l’indique le communiqué de la CGT : « Si, sur le parcours, une fois encore, le cortège a dû faire face à plusieurs interventions des forces de l’ordre totalement injustifiées, la manifestation a pu, tout de même, arriver à son terme. C’est à ce moment qu’un important groupe d’individus dont certains se revendiquant gilets jaunes, ont fait usage d’une extrême violence à l’encontre des manifestants. Insultes homophobes, sexistes, racistes, ont précédé des actes de vandalisation des véhicules des organisations, et, bien plus grave, la haine s’est exprimée par un déchainement de coups et de jets de projectiles. »

Le POID exprime sa solidarité avec la CGT, ses militants, et en particulier ceux qui ont été blessés par les attaques de nervis.

Le POID affirme qu’aujourd’hui comme hier, ceux qui s’en prennent au mouvement ouvrier sont les ennemis de la démocratie et les fourriers des pires régimes totalitaires.

Montreuil, le 3 mai 2021

Le manifeste du 1er-Mai du Parti ouvrier indépendant démocratique

1er mai drapeau POID

Camarades,

En ce 1er mai 2021, nous saluons les camarades du monde entier qui commémorent le sacrifice des travailleurs de Haymarket à Chicago, le 1er mai 1886.

Salut à vous, camarades d’Inde et d’Afrique du Sud, du Brésil et d’Allemagne, de Turquie, d’Algérie, de Chine et du monde entier. Salut à vous, nos frères et nos sœurs frappés depuis quinze mois non seulement par le virus du Covid-19, mais aussi (et surtout) par les gouvernements dont les politiques soumises à la loi du profit transforment la crise sanitaire en une dévastation sacrifiant des millions de vie.

Salut à vous, nos camarades qui, ces derniers mois, face à la pandémie et en dépit d’elle, êtes descendus dans les rues par millions de Bombay à Alger, de Beyrouth à Minneapolis.

Salut à vous qui, sans relâche, combattez pour la justice sociale.

En ce 1er-Mai, Journée internationale de lutte de la classe ouvrière, nous l’affirmons avec force : les travailleurs forment dans le monde entier une seule classe, femmes et hommes, quelles que soient les nationalités, les couleurs de peau, les cultures, les croyances, tous frappés par un régime capitaliste sans pitié, mais aussi tous unis dans un combat classe contre classe pour la démocratie et les droits, pour la loi de la majorité.
[Lire la suite sur le site de La Tribune des travailleurs, en cliquant ici.]