BOLIVIE À bas le coup d’État « made in USA » !

Des unités de la police se rallient au coup d’état.

Communiqué du 15 novembre 2019 – Le Parti ouvrier indépendant démocratique condamne le coup d’État « made in USA » qui vient d’avoir lieu en Bolivie. Coup d’Etat salué par Trump et mené par ceux qui, jusqu’en 2006, appliquaient scrupuleusement les plans meurtriers du FMI en Bolivie.

En « appelant au calme », c’est-à-dire en renvoyant dos à dos les escadrons de la mort et les ouvriers et paysans boliviens qui luttent courageusement contre le coup d’État, le gouvernement Macron couvre une fois de plus ce crime de Washington en Amérique latine.

Quelle que soit l’appréciation de la politique d’Evo Morales et de son gouvernement, il est du devoir du mouvement ouvrier et démocratique international de se ranger inconditionnellement aux côtés des ouvriers, des paysans et du peuple de Bolivie contre les putschistes armés et formés à Washington.

C’est pourquoi le Parti ouvrier indépendant démocratique participera, sur ses propres mots d’ordre, à tout rassemblement en solidarité avec le peuple bolivien, et contre le coup d’Etat :

À bas le coup d’État « made in USA » !
Solidarité inconditionnelle avec le peuple bolivien
en lutte contre les putschistes !

À Paris, le POID appelle ses adhérents, sur ces mots d’ordre, à participer au rassemblement convoqué dimanche 17 novembre à 15 heures sur l’Esplanade du Trocadéro.

Leur condamnation est une honte LIBÉRATION IMMÉDIATE DES DIRIGEANTS CATALANS ! Respect du droit du peuple catalan à se libérer de la monarchie franquiste et à constituer sa République catalane !

Le 14 octobre à Barcelone.

Le Parti ouvrier indépendant démocratique (POID) exprime sa plus vive protestation contre le verdict de 9 à 13 ans de prison prononcé contre les dirigeants catalans emprisonnés pour certains depuis plus de deux ans.

Ce verdict est la parfaite expression de la nature des institutions de la monarchie, de sa Constitution de 1978, et de ses appareils judiciaire et policier, directement hérités de la dictature de Franco.

Car quel est le prétendu « crime » qu’ont commis les condamnés, si ce n’est d’avoir soutenu la volonté majoritairement exprimée par le peuple catalan lors du référendum du 1er octobre 2017, de se libérer de la monarchie franquiste, et de constituer leur République catalane, premier pas vers l’union libre des Républiques d’Espagne ?

Honte à Pedro Sanchez, dirigeant du Parti « socialiste » espagnol et président du gouvernement en fonction, qui vient de justifier la sentence, osant prétendre que « personne n’est jugé pour ses idées », et affirmant que l’Etat espagnol « est une des meilleures démocraties du monde ».

Honte aux Macron, Merkel et autres qui depuis deux ans soutiennent la répression, qu’elle soit menée par Rajoy ou par Sanchez. Honte à la Commission européenne et son président Jean-Claude Juncker qui en novembre 2017 déclarait : « Je ne trouve pas que l’Espagne viole l’Etat de droit (…) Je pense que ceux qui ne respectent pas la constitution espagnole (les partisans de la République catalane – Ndr) enfreignent la loi » et « La solution réside dans l’ordre constitutionnel et judiciaire interne à l’Espagne ».

Dès l’annonce de ce verdict, en Catalogne, le peuple, les travailleurs, les étudiants et les lycéens se sont dressés contre cette ignoble sentence dans d’immenses rassemblements (Barcelone, Tarragone, Gérone, Lleida, Manresa etc), les axes routiers bloqués, les gares, l’aéroport de Barcelone envahis… Dans tout l’Etat espagnol, comme dans les rassemblements de retraités ce matin au Pays basque, des travailleurs de toutes les nationalités brandissaient en solidarité le drapeau catalan.

Partisan de la démocratie, donc du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, le POID s’est rangé aux côtés du peuple catalan, de son droit à décider et de son droit à constituer sa République, contre la répression de la monarchie franquiste.

Il est déterminé à continuer à agir dans l’unité pour la libération immédiate de tous les emprisonnés politiques !

Montreuil, le 14 octobre 2019

Pour la libération de Louisa Hanoune

Les six secrétaires nationaux du POID ont joint leurs signatures sur l’appel pour la libération de Louisa Hanoune.

Les secrétaires nationaux du POID se sont adressés au POI mardi 14 mai à 10 heures, copie en ayant été adressée à la rédaction de Fraternité (le journal du PT). « Nous réaffirmons notre disponibilité, écrit Christel Keiser, secrétaire nationale, quels que soient nos désaccords politiques, pour toute initiative commune sur le terrain de la lutte contre la répression.
Recevez, camarades, l’assurance de notre volonté de tout mettre en œuvre pour obtenir la libération de Louisa Hanoune. »


Appel pour la libération de Louisa Hanoune

Nous avons appris le placement sous mandat de dépôt et l’incarcération de Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs d’Algérie, par le tribunal militaire de Blida, le 9 mai. Elle s’était rendue à une simple convocation d’un juge d’instruction pour être entendue comme témoin.

Nous ne comprenons pas cette arrestation arbitraire qui suscite une légitime émotion.

Louisa Hanoune est connue partout depuis des années pour ses prises de position et son combat intransigeant en défense de la démocratie, des libertés, des droits des femmes et toujours du côté des peuples et des opprimés.

Que l’on soit d’accord ou pas avec ses positions politiques, rien ne peut justifier sa mise en détention.

Nous demandons sa libération immédiate.

Je signe cet appel :

Nom, Prénom : Jean-Michel Delaye ; Martine Dupuy ; Daniel Gluckstein ; Christel Keiser ; Stéphane Knapp ; Bernard Saas

Qualité : secrétaires nationaux du Parti ouvrier indépendant démocratique

Adresse mail : poidemocratique@orange.fr


Prenez contact avec le POID

PALESTINE Le conseil municipal de Montreuil (Seine-Saint-Denis) attribue une subvention à un projet dans un camp de réfugiés de Bethléem en Cisjordanie

Le camp de réfugiés de Aïda au nord de Bethléem, en Cisjordanie.
Christel Keiser, conseillère municipale POID à Montreuil : « C’est parce que toutes les occasions doivent être saisies pour faire écho au combat du peuple palestinien que je profite de cette délibération pour réaffirmer ma solidarité au combat légitime de ce peuple à la terre, à la nation et au droit au retour. »
Décembre 2017, l’armée israélienne inonde le camp d’Aïda de gaz lacrimogène (source : Reuters).

Lire la suite

Non au coup d’État au Venezuela !

Lire la suite

GÊNES Tous savaient, tous se défilent, tous responsables !

logo POID faidherbe

 Tract du 22 août 2018

picto pdf petit

Gênes, effondrement d’une autoroute : 43 morts. Les gouvernements italiens successifs, l’Union européenne, les compagnies autoroutières, tous savaient, tous se défilent aujourd’hui, tous sont responsables. Les sociétés autoroutières italiennes font chaque année des milliards de profit. D’année en année, elles réduisent leurs investissements, ne font pas les travaux nécessaires. Et les gouvernements de toutes couleurs politiques y encouragent, qui privatisent ponts et autoroutes.

En Grèce, l’Union européenne annonce « la fin de la crise ». Une majorité d’habitants à Athènes vit dans la plus extrême précarité, a connu ou connaît le chômage, sans indemnisation ou avec des indemnités ridicules. La Grèce reste soumise à une dette externe considérable qui va continuer à être utilisée pendant des décennies pour extorquer des intérêts pour le plus grand bénéfice des banquiers et des spéculateurs européens qui, à 80 %, contrôlent cette dette. Et le peuple, lui, serait condamné à s’enfoncer dans la misère.

En France, le gouvernement fait sa rentrée : premier Conseil des ministres le 22 août, séminaire gouvernemental le 31 août. À l’ordre du jour, l’accélération de toutes les contre-réformes. Macron fait savoir dans la presse qu’il « garde le cap ». Il garde le cap, c’est-à-dire les réformes contre les droits ouvriers (CAP 2022), la retenue à la source qui va amputer nos salaires de centaines d’euros, Parcoursup qui prive plus de 100 000 jeunes de toute inscription à l’université et la réforme des retraites qui s’accélère.

Le Parti ouvrier indépendant démocratique, avec des travailleurs et des militants de toutes tendances, dit : cette Europe de l’austérité, des privatisations et des destructions, cette Europe n’est pas la nôtre.

Le Parti ouvrier indépendant démocratique combat pour une Europe des travailleurs et des peuples rompant avec les traités européens qui fondent l’Union européenne. Le POID considère que l’urgence absolue est de forger, de bas en haut et de haut en bas, l’unité sans faille des travailleurs et de leurs organisations pour bloquer les contre-réformes du gouvernement, tout particulièrement l’unité travailleurs et organisations pour dire :

« Cette Europe n’est pas la nôtre ! »

« Ne touchez pas à nos retraites ! »,

« Retrait de la contre-réforme Macron-Philippe ! »


Informations développées, analyses détaillées, prises de position politiques, suivi de l’action politique chaque semaine dans La Tribune des travailleurs

ABONNEZ-VOUS

promo giphy