Halte à la répression ! communiqué du BN du POID

logo POID faidherbe7 janvier 2019, 16 heures – Depuis plusieurs semaines, le gouvernement Macron-Philippe est engagé dans une véritable escalade de la répression. Un total provisoire établit à 3 747 le nombre de condamnations prononcées. On comptabilise 216 emprisonnements, plus de 4 500 mesures de garde à vue, plus de 1 600 blessés dont certains gravement, deux hommes toujours dans le coma. Des dizaines de milliers de personnes ont été gazées. Chacun a en mémoire les 151 lycéens immobilisés au sol à genoux, mains sur la tête, à Mantes-la-Jolie, et les lycéens victimes de matraquage dans toute la France.

Gilets jaunes, lycéens, mais aussi militants syndicaux contre qui s’acharne la répression patronale et gouvernementale… Faut-il s’en étonner ? Le 4 janvier encore au Conseil des ministres, Macron a réaffirmé qu’il ne bougerait pas d’un millimètre sur ses contre-réformes : l’assurance chômage, les retraites, le statut de la fonction publique doivent être démantelés. Un gouvernement qui refuse à ce point d’entendre la protestation ouvrière et populaire, ultra majoritaire dans le pays, considère naturellement la répression comme le principal instrument du « dialogue » avec les citoyens.

Avec l’ensemble des organisations du mouvement ouvrier démocratique, le Parti ouvrier indépendant démocratique (POID) exige l’arrêt de la répression, le respect du droit de manifester et l’arrêt des poursuites contre les jeunes, les militants, les travailleurs.

Pour le Parti ouvrier indépendant démocratique, le combat contre la répression s’inscrit dans le combat d’ensemble pour en finir avec Macron, sa politique, son gouvernement et avec le régime d’arbitraire, anti ouvrier et antidémocratique de la Ve République.

À bas la répression ! À bas l’État policier ! À bas la Ve République !

Le bureau national du POID

Le 7 janvier 2019, 16 heures

picto pdf petit


15 octobre 2018 – Le POID exige l’arrêt immédiat des poursuites contre La France insoumise

picto pdf petit(Communiqué du 16 octobre 2018 – 14 heures) Le Parti ouvrier indépendant démocratique condamne avec la plus grande fermeté les perquisitions opérées ce jour au siège de La France insoumise et au domicile de plusieurs de ses responsables.

Cette tentative de transférer le débat politique sur un plan judiciaire s’inscrit dans une dérive générale du pouvoir en place pour qui les partis politiques et les organisations syndicales, formes élémentaires de la démocratie, devraient être mis sous le boisseau et soumis aux institutions du régime de la Ve République.

Le Parti ouvrier indépendant démocratique exige l’arrêt immédiat des poursuites contre La France insoumise et ses dirigeants, l’arrêt des perquisitions policières, le respect des libertés démocratiques, de l’indépendance des partis et des organisations syndicales. Il se tient à disposition de toute proposition d’action dans l’unité pour faire prévaloir ces exigences.


 

Brésil : « ne touchez pas à Lula !»

« Le gouvernement passe à l’attaque contre le Code du travail » (POID)

Le gouvernement passe à l’attaque
contre le Code du travail

Code du travail manif

pdf picto(Tract du POID du 24 mai 2017) Le gouvernement Macron-Philippe a décidé de passer à l’attaque contre le Code du travail.

Dès le 23 mai, le Premier ministre, Édouard Philippe, et la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, ont tenu des « rencontres bilatérales avec l’ensemble des organisations syndicales et patronales ».

Le Premier ministre affirme : « Une fois que la discussion aura lieu, il faudra aller vite. On ne peut pas attendre deux ans pour achever cet exercice. »

« Aller vite » pour mettre en œuvre :

  • les accords d’entreprise ;
  • la possibilité offerte aux patrons d’organiser eux-mêmes les référendums (c’est-à-dire le chantage) dans les entreprises ;
  • le plafonnement des indemnités prud’homales en cas de licenciement.

Et pour couronner le tout, la destruction du Code du travail, qui devrait disparaître pour faire place à un nouveau texte « allégé », grâce à l’utilisation des ordonnances en juillet.

Le Code du travail, déjà gravement remis en cause par la loi El Khomri, est une arme pour se protéger de la surexploitation à outrance.

Malgré cela, des centaines de milliers de jeunes (et de moins jeunes) se trouvent déjà dans une situation de précarité permanente. Il y a déjà dans ce pays plus de un million « d’auto-entrepreneurs ».

Mais le gouvernement veut aller plus loin. Il entend instaurer l’institutionnalisation de la précarité. Au travers de « l’ubérisation », c’est le retour au contrat individuel de louage de service du XIXe siècle.

Les jeunes, les travailleurs, eux, veulent un vrai travail protégé par les statuts et les conventions collectives.

Aider à établir les faits dénonçant la précarité et défendre le Code du travail relèvent d’un seul et même combat.

Nous lançons un appel à témoins.

Travailleurs, parents, syndicalistes, jeunes, tous ensemble rassemblons les faits, les témoignages pour établir un « livre noir » de l’accusation contre le travail précaire.

Le POID se prononce pour :

  • l’abrogation de la loi Travail !
  • non à l’ubérisation de la société !
  • un seul contrat : le CDI à temps plein !
  • Un vrai travail, un vrai salaire !

Lisez le dossier sur le Code du travail dans La Tribune des travailleurs

Prenez contact avec le POID

Participez aux assemblées ouvertes de préparation du congrès national du POID qui aura lieu les 24 et 25 juin 2017

Pour le maintien de tous les centres de Protection maternelle et infantile (PMI) en Seine-Saint-Denis !

Les infos hebdo vidéo du POID Semaine du 11 au 18 mai 2017

À bas la guerre, à bas l’exploitation !


– La position de JR –

logo JR

Appel du 1er Mai à tous les jeunes : à bas la guerre !

Pendant l’élection présidentielle… l’escalade vers une troisième guerre mondiale continue.

22 avril : 140 morts en Afghanistan dans une échauffourée entre « l’armée afghane » dirigée par l’OTAN et des talibans.

23 avril : en mer de Chine, Trump a envoyé un porte-avions nucléaire américain au large de la Corée du Nord et fait construire le « bouclier antimissile » Thaad (un milliard de dollars).

25 avril : l’armée turque bombarde les Kurdes en Syrie : au moins 40 morts.

29 avril : le porte-hélicoptères français Mistral arrive à la base américaine de Sasebo (Japon) pour participer à l’escalade militaire contre la Corée.

Ce ne sont que quelques faits, en quelques jours…

Trump, Hollande et compagnie plongent le monde dans la guerre généralisée et la barbarie.

Et quel que soit celui qui remplacera Hollande à l’Élysée, cette politique va se poursuivre.

Macron « entend porter le niveau du budget militaire à 2 % du produit intérieur brut (PIB) d’ici à 2022 » (site opex360.com).

Le Pen veut « sanctuariser le budget militaire à 2 % du PIB » (communiqué, 11 novembre 2016).

Hollande, Macron, Le Pen : sur la guerre, ils sont tous d’accord !

Car tous obéissent aux exigences de Trump et de l’OTAN : porter le budget militaire à 2 % du PIB.

2 % du PIB, c’est 40 milliards pour la guerre et le massacre des peuples en Afghanistan, en Syrie, en Irak, au Mali…

40 milliards pour la guerre, c’est 40 milliards en moins pour les écoles, les lycées, les universités, les hôpitaux… 40 milliards pour la guerre, c’est encore plus de chômage, de précarité, de sélection à l’Université… Pour instaurer la sélection, le gouvernement annonce le « tirage au sort » des étudiants !

On ne veut pas d’un avenir « tiré au sort » ! On ne veut pas de la précarité ! Ce ne sont pas nos guerres, ce ne sont pas nos intérêts !

Comme les jeunes qui sont sortis dans la rue jeudi 27 avril à Paris, à Rennes et ailleurs, nous disons :

« Ni Marine ni Macron ! Ni patrie ni patron ! »…

… Ni guerre ni exploitation ! Ni précarité ni misère !

Jeunesse révolution appelle toutes et tous :

• Maintenant, tout de suite, retrait des troupes françaises !

• Maintenant, tout de suite, réquisition des 40 milliards de la guerre pour assurer à chacun un vrai diplôme, un vrai travail, un vrai salaire !

Pour l’UNITÉ la plus large des jeunes contre la guerre, comme nous étions unis pour le RETRAIT de la LOI TRAVAIL, Jeunesse révolution s’adresse à toutes les organisations de jeunes pour leur proposer de se réunir et d’organiser ensemble le combat pour le retrait immédiat des troupes françaises.


Conférence internationale des jeunes

(Paris, août 2017)

Le 27 août, à Paris, nous accueillons des jeunes du monde entier dans une conférence internationale des jeunes contre la guerre :« Si tu veux la paix, si tu veux un avenir… prépare la révolution ! »

Partout, réunissons-nous, organisons-nous, pour préparer cette conférence !

Prenez contact : Jeunesserevolution2016@gmail.com